Dossiers Avions > MiG-21 Fishbed

MiG-21 Fishbed --- Dossier

< JSF F-35
MiG-29 Fulcrum >

MiG-21 Fishbed

Voir la version PDF de cette page

MiG-21 Fishbed Dans le ciel du Viêt-nam, l'ennemi le plus redoutable des pilotes américains était le Mikoyan Gurevich MiG-21, plus connu sous le nom de code de l'OTAN 'Fishbed'. Malgré son rayon d'action limité et un système d'armes rudimentaire, le MiG-21 était difficile à abattre et le rapport MiG-21 abattus/avions américains perdus était souvent moins important que n'auraient pu le souhaiter les Etats-Unis. Au Moyen-Orient (malgré les statistiques avancées par les propagandistes israéliens) les MiG21 ont remporté plusieurs victoires sur les Mirage et les F-4 israéliens, en dépit du fait que les pilotes israéliens étaient mieux entraînés et que leurs tactiques étaient supérieures.

N'étant pas nouveau à l'époque, le MiG-21 s'est pourtant avéré d'une longévité remarquable. Beaucoup de ces avions sont encore en service. Les derniers modèles 'Fishbeds' avaient une meilleure capacité de carburant, un radar plus puissant et des armes supérieures, tout en conservant les avantages des MiG-21 précédents. Ainsi, le MiG-21 est rapide, possède une superbe accélération et un excellent taux d'ascension, est relativement agile, et sa signature radar frontale est réduite. Ces caractéristiques font du MiG-21 un adversaire difficile dans les combats rapprochés, bien qu'il n'ait pas les capacités à très grande incidence et à faible vitesse de ses équivalents américains ou internationaux. En fait, les chasseurs d'aujourd'hui n'ont pas connu de grandes améliorations dans le domaine de la performance absolue depuis les années soixante. Les chasseurs modernes ne sont guère plus rapides (et même parfois plus lents), et les améliorations qui leur ont été apportées sont généralement limitées à l'économie de carburant et à la capacité des systèmes.

De bonnes qualités en combat rapproché ne suffisent pas à un avion de chasse moderne, et des centaines de pilotes de MiG-29 en ont fait l'expérience. Le MiG-29 a des performances et une maniabilité remarquables. Il dispose d'un radar à impulsion Doppler longue portée, des capteurs multi bandes et des missiles BVR, mais la faiblesse de son rayon d'action et le manque d'équipement de traitement de données constituent un handicap majeur dans tous les domaines, à l'exception du combat rapproché. Si le MiG-29 ne fait pas vraiment le poids face à ses homologues, que faut-il alors penser des MiG-21 dont l'équipement est considérablement moins avancé?

Les programmes de modernisation de l'avionique, des systèmes et des armes ont cependant transformé d'innombrables vieux chasseurs dans le monde, depuis les légers F-5 Freedom Fighter et Tiger jusqu'au puissant F-4 Phantom. Tout comme ses homologues occidentaux, le MiG-21 avait grand besoin de modernisation et d'amélioration.

Durant la guerre froide, la modernisation du MiG-21 n'était pas considérée comme une priorité car il était facile d'obtenir de nouveaux appareils de combat. Plusieurs utilisateurs de MiG-21 ont pu acheter des MiG-23 ou même des MiG-29 à des prix incroyablement bas. A la fin de la guerre froide, cependant, la production de nouveaux types de chasseurs baissa sensiblement et le prix des nouveaux appareils augmenta. Les nations qui possédaient des MiG-21 devaient faire face à un dilemme: acheter de nouveaux avions au prix fort ou conserver le MiG-21 qui devenait de plus en plus désuet. La seule solution était de moderniser les appareils existants.

Certaines compagnies se saisirent de cette occasion pour proposer des programmes de modernisation de ces appareils.



Les premières modernisations

MiG-21 Fishbed La modernisation d'un petit nombre de MiG-21 commença bien avant la fin de la guerre froide, au moment où d'anciens alliés de l'URSS, tels que l'Egypte et la Chine, devaient choisir entre moderniser ou remplacer leurs MiG-21. Une fois que l'Egypte s'était éloignée de l'URSS, son énorme flotte d'avions soviétiques devenait de plus en plus difficile à entretenir. La Chine lui fournit des pièces détachées pour les cellules et les moteurs, mais il restait toujours le problème de l'avionique et des armes. Le remplacement de la totalité de la flotte aérienne ne constituait pas une solution réaliste. Certains types d'avions furent finalement remplacés, mais d'autres, tels que le MiG-21, furent gardés.

Après plusieurs vols d'essais à bord d'un MiG-21 équipé d'une VTH Smiths et d'un système de navigation inertielle Ferranti, un contrat fut signé avec GEC-Marconi portant sur la modernisation de 75 à 100 appareils: nouvelle VTH, nouveau calculateur de paramètres air, nouveau détecteur d'émissions radar et brouilleur, et compatibilité avec le missile air-air MATRA R.550 Magic. Ces appareils furent par la suite équipés d'AIM -9P-3, puis d'AIM-9L Sidewinder. Les négociations visant à rétrofiter un nouveau radar occidental (l'AN/APQ-159 du F-5) n'aboutirent pas.

En Chine, des Chengdu F-7M et F-7P destinés à l'exportation furent équipés de radars GEC Type 226 Skyranger, ainsi que d'une VTH et d'un calculateur de tir de type 956, avec un nouvel altimètre radar, un nouveau calculateur de paramètres air et d'autres systèmes. Le Pakistan a choisi d'équiper ses appareils de radars à impulsions Doppler FIAR GrifoL multi-mode en bande l/J, après une concurrence prolongée, notamment avec le Blue Hawk de GEC Marconi. D'autres plans de modernisation radicale prévoyaient le montage d'un radar AN/APG-66 dans un nouveau nez solide, et des entrées d'air repositionnées latéralement. Cet appareil, connu sous le nom de Sabre ou Super 7, devait, entre autre, être équipé de moteurs F404 ou RB.199, d'une nouvelle VTH à grand champ de vision, d'une plus grande capacité carburant, et d'ailes plus grandes avec des dispositifs de manoeuvre de bord d'attaque contrôlés par ordinateur. La construction de cet appareil (avec le partenaire américain Grumman) fut abandonnée à la suite du massacre de la place Tien Anmen en 1989, bien que certains éléments furent incorporés dans la conception du Chengdu FC-1 sino-russe, actuellement en construction.

Bien que relativement modestes, ces programmes ont contribué à mettre l'accent sur les problèmes inhérents à la modernisation du MiG-21, tout en prouvant que ces difficultés pouvaient être surmontées. En plus des problèmes de modernisation du MiG-21 dus à l'absence de coopération de la part du fabricant, il y avait également celui qui consistait à monter de nouveaux systèmes et une nouvelle avionique dans des espaces extrêmement restreints et non modifiables (par exemple, le radôme du cône central d'entrée).



Mikoyan MiG-21 93

MiG-21 Fishbed La principale faiblesse du MiG-29 et d'autres chasseurs russes de quatrième génération résidait dans la médiocrité de l'ergonomie du cockpit, le caractère primitif de l'affichage, le manque de capacité et de rapidité de traitement, et dans la conception des logiciels du système de contrôle. C'est dans ces domaines que les Russes étaient en retard par rapport aux pays occidentaux, et c'est ce qui a permis aux entreprises occidentales qui espéraient moderniser le MiG-21 de prendre le dessus sur les fabricants de l'appareil eux-mêmes.

Bien que considérés comme n'étant pas très proéminents dans le domaine de la production d'avionique et de systèmes d'armes intégrés modernes, le bureau d'étude Mikoyan et l'usine Sokol de Nizhny Novgorod présentaient quand même quelques avantages sur les concurrents occidentaux. Le statut de concepteur et fabricant original de ce groupe (l'usine Sokol étant plus connue sous le nom de GAZ-21, fabricant de la plupart des MiG-21 construits), lui conférait une connaissance inégalée de la structure de l'appareil, de son aérodynamique et de l'infrastructure de ses systèmes et de l'avionique. Ce groupe possédait également de l'expérience dans les essais de charge structurale et les données des essais de vol et avait l'équipement et les outils nécessaires à la fabrication de pièces de rechange et de pièces détachées.

Bien qu'il était clair que seules les dernières variantes MiG-21 pouvaient vraiment être modernisées, les premiers dépliants et brochures de Mikoyan présentaient généralement des versions précédentes, souvent avec de petites arrêtes dorsales. Sous la dénomination MiG-21-93, le MiG-21 modernisé fut équipé d'un radar Kopyo et d'emplacements pour des armes avancées (y compris les missiles air-air "tire et oublie" et les missiles air-sol à guidage TV et radar). Plus important encore, le MiG-21-93 était compatible avec les missiles air-air BVR R27 (AA-10 'Alamo') et R-77 (AA-12 'Adder'). L'appareil disposait également d'un plus grand nombre de lance-leurres électromagnétiques et infrarouges sur les emplantures des ailes, d'un pare-brise d'une seule pièce, du système de visée monté sur casque du MiG-29 et d'une meilleure capacité de refroidissement grâce à l'utilisation d'un nouveau système de conditionnement d'air, basé sur celui du MiG-29. Mikoyan ne tarda pas à se rendre compte que les clients potentiels risquaient de se montrer peu enclins à utiliser l'avionique et l'équipement électronique russes et se mit à offrir des systèmes français. La coopération avec les entreprises françaises avait commencé avec le programme MiG AT.

Le MiG-21-93 fut finalement commercialisé avec un calculateur de paramètres air, un ordinateur central, un GPS, un viseur monté sur casque, une VTH, un gyrolaser annulaire et des affichages à cristaux liquides, tous de fabrication française. L'appareil pouvait aussi être muni d'un détecteur d'émissions radar Sherloc, d'un brouilleur Barem, et même d'un dérivé français du Kopyo, le Thomson-Phazatron Phantom.

Le radar Kopyo ('Lance') est un dérivé du radar Zhuk ('Beetle') construit pour le MiG29M, avec une antenne plate de radar plus petite. Capable de détecter une cible ayant la taille d'un chasseur (3 m2) à une portée de 45 km, le Kopyo avait une variété de modes air-air et air-sol, et était doté d'une capacité de poursuite de huit cibles simultanées en plus de la possibilité d'engager deux cible s en même temps.

L'Inde approcha de nombreuses entreprises aéronautiques dans le but de moderniser ses MiG-21, y compris des entreprises américaines qui suggérèrent d'équiper l'appareil de moteurs F404 et d'un radar AN/APG-66, comme celui du F-16. Finalement, les solutions occidentales s'avérèrent trop coûteuses. En mai 1994, l'Inde passa un contrat avec Mikoyan et Sokol pour moderniser 100 chasseurs MiG-21 au standard MiG-21-93. Cette modernisation incluait, cependant, certains équipements et systèmes d'avionique occidentaux, notamment un système de navigation inertielle SAGEM, un système d'alerte avancée EWS-A ou EWS-21 de Dassault Electronique et un brouilleur Carapace. Mikoyan proposa en option un choix de moteurs, tels que le TJR-25-300 d'une poussée de 69,65 kN, un dérivé du RD-33 utilisé par le MiG-29. L'Inde choisit cette option pour moderniser 70 autres appareils, tandis que l'armée de l'air indienne opta pour la modernisation de plus de 250 MiG21M, MiG-21 MF et MiG-21. A un coût de 1,33 million de dollars, l'Inde espérait ainsi prolonger la vie des MiG-21 jusqu'en 20102015, ou même au-delà.



Modernisations israéliennes

MiG-21 Fishbed Israël était le terrain privilégié des modernisation d'anciens avions de combat. L'imposition d'embargos sur les armes avait en effet forcé cette petite nation à équiper elle-même son armée de l'air. Cependant, la petite industrie aéronautique israélienne ne pouvait pas à elle seule équiper entièrement son armée de l'air de nouveaux appareils de combat, conçus et construits en Israël, et choisit de combler cette lacune en modernisant ses ressources existantes. Initialement concentrés sur des modifications d'importance secondaire telles que l'amélioration de certains aspects de la performance ou de la survivabilité (par exemple la suppression des émissions infrarouges des moteurs des Super Mystères et des Skyhawks), les programmes de modernisation prirent rapidement de l'ampleur à mesure que les sociétés engagées dans le projet (principalement IAI et le géant de l'électronique Elbit) acquéraient de l'expérience. Très vite, les entreprises furent en mesure de proposer des ensembles intégrés de modifications portant sur des modifications structurelles destinées à augmenter la durée de vie d'un appareil, de nouveaux câblages, des freins et d'autres composants améliorés, de nouvelles armes et de nouveaux points d'emport d'armes, ainsi qu'un nouveau système d'avionique (en grande partie d'origine israélienne). Ces changements venaient s'ajouter à un cockpit modernisé et une interface homme-machine améliorée. Les Skyhawks et Phantoms d'IDF/AF étaient les premiers appareils à être totalement modifiés par IAI.



MiG-21-2000

MiG-21 Fishbed Lorsque IAI commença à proposer des améliorations à d'autres nations, la société se concentra d'abord sur des types d'appareils étant déjà en service dans l'armée israélienne et qu'elle connaissait bien; principalement le McDonnell Douglas F-4 Phantom et le A-4 Skyhawk. Très vite, il apparut que de nombreuses caractéristiques de la version améliorée du F-4 pouvaient être utilisées pour moderniser d'autres types d'appareils, et IAI se mit à chercher des clients pour les améliorations destinées à des appareils tels que le F-5. De là à considérer le MiG-21 comme un marché potentiel pour les sociétés de services de modernisation, il n'y avait qu'un pas. La compagnie avait une bonne expérience avec le MiG-21, puisque IDF/AF avaient fait des essais en vol et évalué un certain nombre de MiG-21 dé robés à ses voisins arabes.

Lors de la disparition de la Communauté des Etats Indépendants, IAI vit disparaître avec elle un marché pour ses pièces détachées et ses services d'assistance technique pour MiG-21. Voyant se dessiner une opportunité, IAI a bâti un réseau de fournisseurs chez les anciens états clients des Soviétiques et fut rapidement capable d'offrir n'importe quelle pièce détachée ou composant des dernières versions du MiG 21, à partir du MiG 21MF.

C'était une grosse affaire en elle-même, mais créa pour la société une excellente base sur laquelle construire une entreprise de modernisations destinées au MiG-21.

IAI montra un prototype 'rampant' de MiG21-2000 (décrit comme ayant été converti à partir d'un MiG-21 éthiopien endommagé ou d'un MiG-21MF, 5902 roumain) au salon aéronautique du Bourget en 1993, et cet appareil fut décrit comme représentant la configuration d'amélioration roumaine. De l'extérieur, la seule modification importante de l'appareil était l'apport d'un pare-brise circulaire d'un seul tenant, mais les observateurs attentifs ont également remarqué le coffret de tête du nouveau siège éjectable zéro-zéro Martin-Baker Mk 10. Le cockpit avait été entièrement redessiné, avec une nouvelle VTH EI-Op à grand angle et de nouveaux instruments, comprenant un unique petit écran de visualisation tête basse (VTB) couleur (8,9 x 11,.4 cm) et un second écran CRT monochrone de 29 cm² pour une représentation radar. L'appareil était équipé d'un radar Doppler à impulsions multi-mode Elta EL/M-2032 capable d'apporter une portée et une flexibilité beaucoup plus importantes que le radar précédent RP-22 Sapfir 'Jay Bird', avec une portée de détection d'environ 35-45 NM (65-83 km) orienté vers le bas et de 35-55 NM (65-102 km) orienté vers le haut, comparé aux 11 NM (20 km) du Sapfir. Pour offrir un choix différent du nouveau radar, IAI mit au point une modernisation du radar peu coûteuse capable d'améliorer le traitement du signal et de permette un meilleur affichage des données et un contrôle direct du pilote sur les angles de balayage d'élévation et d'azimuth, tout en conservant le radar Sapfir original.

Les autres nouveaux systèmes se composaient principalement d'un ordinateur à mission unique et d'un bus de données MIL STD 1553B, d'un nouveau système de gestion des stocks, d'un système de cartouche de données portable conçu pour permettre l'utilisation d'un système de planification de mission moderne, d'une capacité d'installation pour désignateur laser, et même du viseur de casque Elbit DASH. Les nouveaux systèmes d'avionique sont plus petits et plus légers que les systèmes qu'ils remplacent, ce qui a permis d'augmenter la capacité en carburant de 200 litres.

IAI aurait engagé des pourparlers avec MATRA, le constructeur de missiles français, ce qui aurait eut pour résultat un accord permettant à la compagnie israélienne de commercialiser le missile air-air Mica à guidage radar et à capacité BVR en tant qu'arme de longue portée pour ces chasseurs améliorés ainsi que le Python-4 à guidage infrarouge en tant qu'arme de courte portée du missile air-air MiG-21-2000.

IAI a bien obtenu un contrat pour remettre en état huit des 19 MiG-21 monoplaces cambodgiens qui avaient appartenu au Viêt-nam, ainsi que trois biplaces, mais cette remise en état était modeste et son but était simplement de leur permettre de voler à nouveau. Un des appareils cambodgiens a peut-être servi de prototype de vol du MiG21-2000, qui vola pour la première fois le 24 mai 1995. En 1996, on apprit qu'IAI et des entreprises ukrainiennes étaient en train de négocier afin de moderniser les MiG-21 éthiopiens, IAI fournissant et montant les systèmes d'avionique et les usines ukrainiennes effectuant les travaux sur la cellule.



Elbit se lance seul

MiG-21 Fishbed Il est donc étonnant que lorsque la modernisation des appareils roumains fut confirmée de façon définitive, ce fut Elbit et non IAI qui fut chargée de moderniser les 110 MiG-21 sélectionnés parmi l'armée de l'air. Avant même qu'IAI n'ait pu exposer ses démonstrateurs au salon du Bourget de 1993, Elbit annonça qu'elle avait remporté le contrat pour moderniser les MiG-21 roumains, bien que l'autorisation de commencer les travaux ne fût donnée que le 15 novembre 1993, six mois après la signature du contrat. Elbit avait été le principal sous-traitant d'IAl lors de la modernisation du MiG-21-2000 (destinée à la Roumanie); elle avait fournit l'avionique ultra-perfectionnée et avait été choisie pour effectuer cette tâche de modernisation des appareils roumains, les entreprises locales étant chargées des tâches qui auraient incombées à IAI, et Elbit assurant la gestion du projet et son intégration. Le fait qu'Elbit eut accepté un partenariat avec des entreprises roumaines fut probablement un facteur déterminant dans l'obtention du contrat, bien que cinq compagnies aient répondu à l'appel d'offre lancé en 1992 (les quatre autres étant IAI, MAPO-MiG, GEC et Thomson-CSF).

Le contrat de 300 millions de dollars portait sur la modernisation de 75 appareils monoplaces destinés à être utilisés pour l'appui aérien rapproché et de 25 pour un rôle de défense aérienne, plus 10 biplaces d'entraînement. Tous les appareils sont démontés puis entièrement remontés et modifiés lorsque ceci s'avère nécessaire; ce processus équivaut en fait à une reconstruction. Les systèmes des appareils et leur avionique qui avait été conservée sont modernisés de façon similaire par Aerostar. Cette compagnie roumaine a une grande expérience dans l'entretien et la modernisation des MiG-21 et fabrique des pièces détachées qui ne sont plus fabriquées en Russie.

Tous les appareils bénéficient de systèmes d'avionique entièrement nouveaux, conçus autour de deux bus de données numériques MIL STD 1553B, gérés par un calculateur multitâche modulaire. Le cockpit du Lancer est entièrement nouveau avec des commandes ROTAS pour tous les systèmes de mission cruciaux et le panneau principal est rendu plus clair grâce à l'ajout de deux écrans multifonctions de 12,7 cm². Il ne conserve qu'un petit nombre d'instruments analogiques de secours. L'écran de droite est monté uniquement sur les appareils de défense aérienne (et sur les cockpits avant des avions d'entraînement, des prototypes et des premiers appareils produits en série). C'est un écran monochrome utilisé pour afficher les informations obtenues par le radar. L'écran de gauche est en couleur, et il est utilisé principalement comme affichage de la situation tactique. L'appareil comporte une VTH EI-Op standard, avec un panneau de contrôle frontal il est compatible avec un viseur de casque DASH.

Pour améliorer la survavibilité au combat, l'appareil est équipé d'un détecteur d'émissions radar Elisra SPS-20 RWR, dont les antennes dirigées vers le haut sont montées sur les côtés supérieurs du nez et les antennes dirigées vers le bas sont montées sur la partie supérieure de la dérive. L'appareil peut transporter un brouilleur actif, et des lance-leurres électromagnétiques/infrarouges IMI avec 30 cartouches sont montés de chaque côté de la base de la dérive ventrale.

Le Lancer dispose d'un nouveau système testé intégré et d'une caméra vidéo couleur pour enregistrer les données de la VTH. Le programme fournit aussi un système d'entraînement perfectionné avec un équipement de debriefing de type ACMI, ainsi qu'un planificateur de mission associé à un module de transfert des données. L'avion possède un nouveau système hybride de navigation (HNS) avec une centrale inertielle à composants liés Linon-ltaliana LISA 4000 hybridée au GPS et un VOR Allied Signal/Bendix (commercialisé sur étagère), ainsi que l'atterrissage aux instruments et un dispositif de mesure de distance.

Le radar des appareils d'appui aérien rapproché et des appareils d'entraînement a été remplacé par un radar télémétrique Elta EL/M-2001-B, mais il est facile à monter et à intégrer et peut même utiliser le radôme existant. Les 25 appareils configurés en défense aérienne ont un radar multimode Doppler à impulsions Elta EL/M-2032 qui nécessite un nouveau radôme et n'ont peut-être pas le nouvel altimètre radar monté sur les appareils de soutien aérien rapproché et les appareils d'entraînement. Mis à part ce point, tous les appareils sont identiques.

Le prototype (9809, un appareil configuré pour le soutien aérien rapproché) vola le 23 août 1995, deux mois avant la date prévue. Le premier appareil d'entraînement (327, un MiG-21UM) vola le 8 mai 1996. Le premier appareil de soutien aérien rapproché de pré-production (714) fut prêt à temps pour le salon aéronautique de Farnborough de 1996, et un appareil de défense de pré-production (6721, en camouflage de supériorité aérienne à trois tons de gris) fit son apparition au salon du Bourget en juin 1997. L'appareil modernisé a été surnommé Lancer.

Le Lancer est compatible avec de nombreuses armes d'origine occidentale et soviétique. Afin de rendre ceci possible, un nouveau pylône avec un point de suspension avant et deux points arrières (un pour les armes aux standards de l'OTAN, un pour les armes soviétiques) fut conçu et développé, puis monté sur de nombreux appareils. La Roumanie a commandé 'plusieurs centaines' de missiles air-air MATRA Magic 2 à guidage infrarouge afin d'équiper ses MiG-21 modernisés ; c'est un choix surprenant compte tenu du fait que l'excellent R-73 (AA-11 'Archer') était déjà dans l'inventaire des MiG-29 roumains, et compte tenu de l'intégration plus simple attendue que derrait apporter un missile israélien, peut-être le Python-3 ou le Python-4.

Pour le rôle de reconnaissance tactique, Elbit a conçu un pod de reconnaissance entièrement nouveau, avec une caméra oblique orientée vers l'avant et une caméra de surveillance verticale, et avec de la place supplémentaire pour pouvoir ajouter d'autres capteurs à une date ultérieure. Le Lancer emportera aussi le désignateur laser Rafael.



Avenir des modernisations

MiG-21 Fishbed Il a de nombreuses autres entreprises de modernisation du MiG-21, tout particulièrement TEREM en Bulgarie. TEREM, spécialiste des révisions, réparations et modernisations de MiG-21 pour l'armée de l'air bulgare et certains états clients de l'ex-bloc soviétique, fut officiellement chargé par Mikoyan de moderniser les MiG-21. La compagnie bulgare modernisa six MiG-21 de différentes versions pour servir de démonstrateurs. Grâce à sa haute compétence technique et à ses coûts de main d'oeuvre avantageux, TEREM est considéré par Mikoyan comme le partenaire idéal pour ses modernisations. Il est aussi question que la Syrie et l'Inde fassent appel aux services de TEREM pour leurs MiG-21.

Le nombre de MiG-21 modernisés est impressionnant. Avec la fin de la guerre froide, de nombreux opérateurs ont choisi de retirer leurs MiG-21 plutôt que de les moderniser. Dès le début des années 1990, les MiG-21 sont devenus des pièces de musée et certains ont été achetés par des particuliers , d'autres ont été convertis afin de servir de drone sans équipage et de cible d'entraînement. De ce fait, tous les MiG-21 encore en service ne vont pas être modernisés.

Dans les années 80, le pilote occidental pouvait être sûr que tous les MiG-21 qu'il rencontrait ne seraient équipés que d'un radar directeur de tir des plus rudimentaires, qu'ils n'auraient aucune arme BVR, et seraient presque totalement dépendants d'une station terrestre de guidage et de contrôle. Tous ces points faibles ont été supprimés grâce aux divers lots de modernisation disponibles. De nos jours, si un avion hostile est identifié comme étant un MiG-21, il y a de fortes chances pour que ce soit un appareil beaucoup moins primitif qu'un jet rapide des années 50. Il peut donc représenter une réelle menace, avec une longue portée et une grande puissance de tir. Certains MiG-21 modernisés représentent une menace plus dangereuse que les F-16 ou les MiG-29 de première génération. Cependant, la petite taille de l'appareil réduit son rayon d'action et l'envergure limitée de sa voilure ne lui permettent généralement pas de disposer de plus de six points d'emport pour les missiles air-air, même s'il possède des stations en bout d'aile. Le MiG-21 est cependant loin d'être un adversaire négligeable.

Voir la version PDF de cette page


Faites découvrir ce site


©2000-2017 Olivier
Tous droits réservés
CNIL : 844304

184 messages dans le Livre d'or.
854 commentaires vidéos.
Page générée en 0.005506038665s.
Le nombre max de connectés : 127 le 27 Septembre 2007 à 22:02:33
-- 1 connecté --


www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web. annuaire gratuit Référencement aviation AVIATION TOP 100 - www.avitop.com Avitop.com
Referencement GoogleCe site est listé dans la catégorie Loisirs : Aviation Dictionnaire


Votez pour mon site.


Référencement garanti REFINDEX dans ces annuaires :
annuaire libertin
SurfWeb Annuaire
Tout le Net
Annuaire Shiatsu
YOP ANNUAIRE
Annuaire d'Anaïs
Yolanda Annuaire
megagraphs - annu
REFNEW referencement gratuit
Annuaire Alré Concept Web
Backlink référencement
top.referencement
yanloannuaire
Annuaire Simplifyweb
L'Annuaire des Sites Web
AkaTrouver
Le meilleur du web
Annuaire Atout Prof
Meilleurs Sites
mes sites mon business
Lorraine Dom@nnuaire France
Rhone Alpes Annuaire Gratuit
Annuaire de Stephanie
JwebAnnuaire
referencement site annuaire
Annuaire de Roussillon66.com
annuaire moto egreenteam
les bons plans du net
Evénementiel & animations
Yop Annuaire
My Ref Annuaire
Web-scrutateur
Annuaire Lior
Les Pages Web
REFINCO Réf sur + 500
.::FB Class::.
neurone.
Annuaire des artistes
Annuaire du foot
Archi Annuaire
Version Mobile Tweeter Partagez moi sur Viadeo Partagez moi sur Facebook
FR EN DE IT SP PO NL